À chaque génération ses expressions. Vous avez du mal à comprendre les ados ? Les expressions “Keum”, “PLS”, “JPP” et d’autres vous laissent pantois ? No problemo, nous sommes là pour les traduire !

1. Une gow / une gadji / un gadjo

Une “gow” (prononcer “Go”), c’est une fille. Si un jeune dit “la gow, elle est bizarre” c’est que cette fille est bizarre. Par contre, si il dit “J’AI une gow”, celà sous-entend qu’il a une petite-amie (qui lui apprendra un français plus châtié, espérons-le).

Même principe et signification pour “gadji” au féminin et “gadjo” au masculin. Et non, il n’y a pas de masculin pour dire “une gow”, on peut dire “un gars” ou “un mec”, ou un “keum” (le verlan de “mec”) tout simplement.

2. Un charo

Pour faire simple, un charo (ou une charo), c’est un Don Juan, un garçon qui drague toutes les filles. Allez savoir d’où ça vient…

3. Être déter / être chaud

C’est le diminutif de “déterminé”. Si vous voulez emmener un jeune au restaurant et qu’il vous dit “je suis déter” c’est qu’il est “chaud” pour y aller, ou plus communément, “partant” pour y aller.

4. Ça passe crème !

Facile ! Une expression plus ancienne qui y ressemble : “ça passe comme dans du beurre”. Cela signifie tout simplement que quelque chose convient parfaitement, passe inaperçu, ou  passe bien (ou facilement).

5. Cheum

Attention à la sémantique, “CHEUM”, à ne pas confondre avec “chum” (prononcer “tcheum”) qui signifie “un petit-copain” en Belgique et au Canada. CHEUM, c’est le verlan phonétique (mot à l’envers, très utilisé par les jeunes) de “moche”. Oui, le terme “che-mo” est devenu “cheum”. 

“Ce mec est vraiment cheum” = ce mec est vraiment moche.

6. Merci “gros”

Non, les jeunes ne se traitent pas de “gros” à tout bout de champ. Pour commencer, parce qu’être gros n’est pas une tare, mais aussi parce que c’est devenu un surnom plutôt cordial dans les quartiers. 

“Tu vois gros, j’te kiffe” = tu vois mec, je t’aime bien. 

On pourrait aussi dire “le sang”, “mon reuf” (“frère” en verlan), “frère” (alors que c’est un ami). Mais “gros” est utilisé de manière plus large (sans mauvais jeu de mot) puisqu’il peut être utilisé avec des personnes avec qui on est simplement cordial. C’est affectif mais pas trop.

7. Charbonner

Quand un jeune “charbonne”, il donne tout ce qu’il peut. Imaginer les mineurs qui “vont au charbon” pour travailler intensément. Un jeune peut aussi dire “je charbonne une meuf”, c’est-à-dire qu’il donne tout pour séduire une fille, comme “j’ai charbonné” pour dire qu’il a beaucoup révisé pour son examen. 

Oui, il faut être attentif pour bien comprendre la phrase, on vous l’accorde.

8. C’est “éclaté au sol” / “claqué”

Visiblement, “c’est nul”.

Exemple : “elles sont toutes claquées tes excuses”

9. Je suis en “PLS”

Oui, on parle bien de la “Position Latérale de Sécurité”, utilisée pour sauver des personnes inconscientes dans un accident. Et bien les jeunes l’utilisent pour dire qu’ils sont “au bout de leur vie” (dégoûté, épuisé, choqué…). Belle image non ?

10. Si vous recevez “jpp” par message

Cet acronyme signifie “j’en peux plus” (de rire) et il est très utilisé par les ados dans les messages. Sachez que si votre jeune (collègues, fils, petit fils, neveu) vous envoie ça, il rigole beaucoup. Vous êtes drôle, et ça, ça fait plaisir.

11. Je kiff

Vous aviez compris, ça c’est facile, ça vient d’un mot arabe, et ça signifie “prendre du plaisir” ou “bien aimer / apprécier”.

Exemple : “je kiff ce son” = “j’aime cette douce mélopée / ce morceau de musique”. 

12. La moula

Cette expression jeune s’est fait connaître du grand public l’an dernier par un jeune rappeur. En gros, c’est l’argent, l’oseille, le blé…

Exemple : “Passe-moi la moula, j’vais recompter pour être sûr que le compte y est”. 

NB : Attention, “Moula” est aussi un terme argotique qui désigne le cannabis. Donc si vous dites à un jeune “Je dois chercher de la moula pour ce soir”, il pourrait se faire des idées à votre compte…

13. La hess

Avoir “la hess”, c’est avoir “la loose”, être un perdant ou jouer de malchance. 

Exemple : “Ces jeunes me parlent mais je ne capte rien. C’est trop la hess”.

(Heureusement, Senior Session est là pour traduire)

14. Se faire ghoster (prononcer “go-sté”)

Cette expression vient du mot “ghost” qui veut dire “fantôme” en anglais. En clair, quand quelqu’un ne répond pas à vos SMS ou à vos messages téléphoniques, vous pouvez lui demander “Tu ne serais pas en train de me ghoster, toi ?”. 

Attention, le premier niveau pour votre interlocuteur indélicat, c’est de ne pas vous répondre. Le 2e niveau, c’est de programmer son téléphone pour qu’il n’entende plus votre sonnerie (grâce à la reconnaissance automatique de votre numéro). 

Si vous voulez ghoster quelqu’un, c’est mal, mais on vous apprendra… 

Vous les aviez toutes ?

On vous l’accorde, le langage des jeunes est compliqué et en perpétuelle mutation. Mais avec ces quelques expressions du quotidien, vous allez vous en sortir plus facilement. Dégainez ces expressions, ils vont adorer. De notre côté, nous allons compléter ce lexique avec d’autres expressions au fil de l’eau (par exemple et )…

SENIOR SESSION – par Digital Strategist – © 2022
Toute reproduction interdite
 – Copyright 2022

Write A Comment